Accueil » Santé » Trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité (TDAH)
Santé

Trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité (TDAH)

Trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité (TDAH)

Qu’Est-ce que c’est?

Trouble de l’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH), habituellement diagnostiqué en premier lieu dans l’enfance, peut apparaître sous une variété de formes et a de nombreuses causes possibles. Les personnes atteintes de TDAH ont probablement une vulnérabilité génétique sous-jacente à son développement, mais la gravité du problème est également influencée par l’environnement. Les conflits et le stress tendent à l’aggraver.

Les principales caractéristiques de ce trouble se trouvent dans son nom. Les problèmes d’attention comprennent la rêverie, la difficulté de se concentrer et d’être facilement distrait. L’hyperactivité fait référence à l’agitation ou à l’agitation. Une personne avec le trouble peut être perturbateur ou impulsif, peut avoir des problèmes dans les relations et peut être sujet aux accidents. L’hyperactivité et l’impulsivité s’améliorent souvent à mesure que la personne mûrit, mais les problèmes d’attention ont tendance à durer jusqu’à l’âge adulte.

Le TDAH est le problème le plus courant dans les milieux de santé mentale des enfants et des adolescents en consultation externe. On estime que le TDAH affecte environ 5% des enfants. Les garçons sont diagnostiqués avec le TDAH environ deux fois plus que les filles.

Environ 2,5% des adultes ont un TDAH. Le volet activité est moins apparent chez les adultes, qui ont tendance à avoir des problèmes de mémoire et de concentration. Ils peuvent avoir du mal à rester organisés et à respecter leurs engagements au travail ou à la maison. La conséquence d’un mauvais fonctionnement peut être l’anxiété, une faible estime de soi ou des problèmes d’humeur. Certaines personnes se tournent vers des substances pour gérer ces sentiments.

Symptômes

Les symptômes du TDAH – inattention, hyperactivité ou comportement impulsif – apparaissent souvent en premier à l’école. Un enseignant peut signaler aux parents que leur enfant n’écoute pas, qu’il est «hyper» ou qu’il cause des problèmes et qu’il est perturbateur. Un enfant atteint de TDAH veut souvent être un bon élève, mais les symptômes le gênent. Les enseignants, les parents et les amis peuvent ne pas être sympathiques, car ils considèrent que le comportement de l’enfant est mauvais ou étrange.

Un haut niveau d’activité et une impulsivité occasionnelle ou un manque d’attention sont souvent normaux chez un enfant. Mais l’hyperactivité du TDAH est généralement plus aléatoire, mal organisée et n’a aucun but réel. Et chez les enfants atteints de TDAH, ces comportements sont suffisamment fréquents pour que l’enfant apprenne plus que la moyenne, s’entende avec les autres ou reste raisonnablement en sécurité.

Les symptômes du TDAH peuvent varier considérablement. Voici les caractéristiques communes du trouble dans les deux groupes principaux (inattention et hyperactivité).

Inattention

  • Négligence

  • Difficulté à prêter attention au fil du temps

  • Ne semblant pas écouter

  • Ne pas suivre les demandes des enseignants ou des parents

  • Difficulté à organiser le travail, donnant souvent l’impression de ne pas avoir entendu les instructions du professeur

  • Éviter les tâches qui nécessitent une attention soutenue

  • Perdre les matériaux nécessaires pour accomplir les tâches

  • Devenir facilement distrait

  • L’oubli dans les activités de tous les jours

Hyperactivité

  • Agitation excessive ou comportement agité

  • Incapacité de rester assis

  • Courir ou grimper c’est inapproprié

  • Incapacité de maintenir des activités de loisirs tranquilles

  • Comportement conduit, comme si « sur le pouce » tout le temps

  • Parler excessif

  • Comportement impulsif (agit sans réfléchir)

  • Appeler fréquemment en classe (sans lever la main, crier la réponse avant que la question soit finie)

  • Difficulté à attendre son tour dans les paramètres du groupe

  • Comportement intrusif fréquent ou interruption des autres

De nombreux enfants atteints de TDAH présentent également des symptômes d’autres troubles comportementaux ou psychiatriques. En fait, de tels problèmes peuvent être de différentes manières que les mêmes problèmes biologiques ou environnementaux sous-jacents se révèlent. Ces conditions associées comprennent des troubles d’apprentissage et des troubles caractérisés par un comportement perturbateur.

  • Des troubles d’apprentissage – Jusqu’à un quart des enfants atteints de TDAH peuvent aussi avoir des troubles d’apprentissage. Ce taux est beaucoup plus élevé que le taux trouvé dans la population générale.

  • Troubles oppositionnels, provocants ou de conduite – Ces troubles du comportement, qui impliquent des explosions fréquentes de comportement extrêmement négatif, en colère ou méchant, affectent jusqu’à la moitié de tous les enfants qui ont un TDAH. Les enfants qui souffrent à la fois de TDAH et de troubles du comportement sont plus susceptibles d’avoir de mauvais résultats à long terme, avec des taux plus élevés d’échec scolaire, de comportements antisociaux et de toxicomanie.

Diagnostic

Il n’y a pas de test unique pour diagnostiquer le TDAH. Pour un enfant, un pédiatre peut faire le diagnostic, ou peut faire référence à un spécialiste. Les parents et les enseignants peuvent être conscients du problème et faire évaluer l’enfant. Pour les adultes, un professionnel de la santé mentale effectue généralement l’évaluation.

Le clinicien posera des questions sur les symptômes liés au TDAH. Puisque, chez les enfants, plusieurs de ces caractéristiques sont observées en milieu scolaire, le clinicien s’interrogera également sur le comportement à l’école. Pour aider à recueillir cette information, l’évaluateur interviewera souvent les parents, les enseignants et les autres soignants ou leur demandera de remplir des listes de contrôle comportementales spéciales.

Puisque d’autres conditions peuvent causer les symptômes du TDAH, les antécédents médicaux et l’examen physique sont importants. Par exemple, le médecin peut rechercher des problèmes d’audition ou de vision, des difficultés d’apprentissage, des problèmes d’élocution, des troubles épileptiques, de l’anxiété, de la dépression ou d’autres problèmes de comportement. Dans certains cas, d’autres tests médicaux ou psychologiques peuvent être utiles pour vérifier une ou plusieurs de ces conditions. Ces tests peuvent parfois aider les cliniciens et les enseignants à développer des suggestions pratiques.

La durée prévue

Chez la plupart des enfants atteints de TDAH, les symptômes commencent avant l’âge de 12 ans et durent jusqu’à l’adolescence. Les symptômes du TDAH peuvent continuer à l’âge adulte.

Facteurs de risque et prévention

Les causes du TDAH ne sont pas entièrement comprises. Il existe de nombreux facteurs associés au développement du TDAH. Il peut être difficile d’éviter ces facteurs, mais les traiter peut réduire le risque de développer le trouble.

Facteurs de risque communs

  • Tempérament – recherche de nouveauté, émotion négative, difficulté à contrôler les impulsions

  • L’adversité psychosociale – la maltraitance ou la négligence des enfants, les conflits conjugaux graves, le comportement criminel du père, les troubles mentaux de la mère, la pauvreté, le placement en famille d’accueil de l’enfant

  • Complications pendant la grossesse ou l’accouchement – mauvaise santé maternelle, détresse fœtale, faible poids à la naissance

  • Naissance prématurée

  • L’usage du tabac, de l’alcool ou d’autres drogues par la mère pendant la grossesse

  • L’exposition aux neurotoxines, comme le plomb

  • Une histoire de TDAH dans les proches parents

Traitement

Bien qu’aucun traitement n’élimine complètement le TDAH, de nombreuses options utiles sont disponibles. Le but du traitement est d’aider les enfants à améliorer leurs relations sociales, à mieux réussir à l’école et à limiter au minimum leurs comportements perturbateurs ou préjudiciables. Les médicaments peuvent être très utiles et souvent nécessaires.

Le traitement médicamenteux en lui-même est rarement la réponse. Les médicaments et la psychothérapie ont généralement les meilleurs résultats. Par exemple, un programme de comportement peut être mis en place lorsque des attentes structurées et réalistes sont établies.

Les stimulants, tels que le méthylphénidate (Ritalin) et les formes d’amphétamine (Dexedrine), sont utilisés depuis de nombreuses décennies. Ils sont relativement sûrs et efficaces pour la plupart des enfants afin de les aider à concentrer leurs pensées et à contrôler leur comportement. Les formes à action prolongée des stimulants sont généralement préférées pour les enfants, parce qu’une dose le matin peut fournir un effet de jour.

Malgré leur nom, les stimulants ne provoquent pas d’hyperactivité ou d’impulsivité accrues. Si le trouble a été correctement diagnostiqué, le médicament devrait avoir l’effet inverse. Les effets secondaires bénins courants sont une diminution de l’appétit, une perte de poids, des maux d’estomac, des problèmes de sommeil, des maux de tête et de la nervosité. Ajuster la dose peut souvent aider à éliminer ces problèmes. Les médicaments stimulants sont associés à de graves préoccupations et à des effets secondaires.

  • Tics. Il existe des preuves que les tics (mouvements incontrôlés) sont plus probables chez les patients ayant des antécédents familiaux de tics, mais cela reste controversé.

  • Abus de substance. Les médicaments stimulants peuvent être et sont abusés. La recherche a également montré que le traitement stimulant peut réduire le risque de toxicomanie pour certaines personnes atteintes de TDAH. Il n’y a pas assez de preuves pour dire que les stimulants augmentent ou diminuent le risque de toxicomanie ultérieure.

  • Retards de croissance. Les experts ne sont pas d’accord sur les effets des stimulants sur la croissance. Il y a des preuves que les enfants qui prennent des stimulants se développent à un taux inférieur à celui attendu. Certains médecins recommandent d’arrêter les stimulants périodiquement pendant les périodes de croissance attendues.

  • Risque cardiovasculaire. Les enfants prenant des stimulants montrent de petites augmentations de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque. Mais les complications cardiaques majeures chez les enfants, les adolescents et les adultes prenant ces médicaments sont extrêmement rares. En 2008, l’American Heart Association a recommandé de faire un électrocardiogramme avant de commencer les stimulants. Des études depuis ont montré que les enfants prenant des stimulants n’ont pas plus de complications cardiaques que les enfants dans la population générale. Si votre enfant n’a pas de maladie cardiaque sous-jacente, il se peut que votre médecin ne recommande pas de faire un électrocardiogramme avant de commencer un stimulant.

Étant donné que ces risques varient considérablement selon les individus, il est important de discuter des avantages et des risques potentiels de chaque traitement avec votre médecin.

Un autre problème potentiel, qui n’est pas à proprement parler un effet secondaire, est que les stimulants peuvent trouver leur chemin vers d’autres personnes que la personne traitée pour le TDAH. Appelé «diversion», il est assez fréquent chez les adolescents et les jeunes adultes. Les médicaments sont le plus souvent pris pour améliorer les performances scolaires. Certaines personnes prennent des stimulants pour se défoncer.

D’autres médicaments non stimulants sont également disponibles pour traiter le TDAH. Ceux-ci sont particulièrement utiles lorsqu’il y a une réticence à démarrer un stimulant. L’atomoxétine (Strattera) peut être efficace pour traiter le TDAH. Il fonctionne par un mécanisme chimique différent de celui des stimulants. L’atomoxétine est relativement sûre, mais comporte un risque rare de toxicité hépatique. L’antidépresseur, bupropion (Wellbutrin), est utile dans certains cas. Il est également généralement bien toléré, mais il ne devrait pas être administré aux personnes ayant des antécédents de convulsions. Deux autres médicaments – la guanfacine et la clonidine – ont également montré un certain bénéfice pour les symptômes du TDAH, mais ils ont des effets plus faibles que les stimulants.

D’autres approches de traitement, utilisées seules ou en combinaison, peuvent inclure:

  • Thérapie comportementale – Il s’agit de techniques qui tentent d’améliorer les comportements, généralement en récompensant et en encourageant les comportements souhaitables et en décourageant les comportements indésirables et en soulignant les conséquences.

  • Thérapie cognitive – C’est une psychothérapie conçue pour changer la façon de penser pour développer l’estime de soi, arrêter d’avoir des pensées négatives et améliorer les habiletés de résolution de problèmes.

  • Entraînement social – Développer des compétences sociales améliore les amitiés.

  • Éducation des parents et soutien – Les cours de formation, les groupes de soutien et les conseillers peuvent aider à enseigner et soutenir les parents sur le TDAH, y compris les stratégies pour faire face aux comportements liés au TDAH.

Parce que de nombreux enfants atteints de TDAH sont également préoccupés par les mauvaises notes et les problèmes de comportement scolaire, les écoles peuvent avoir besoin d’apporter des ajustements éducatifs et des interventions (comme un plan éducatif individualisé) pour promouvoir le meilleur environnement d’apprentissage possible.

Quand appeler un professionnel

Appelez votre médecin si votre enfant présente des symptômes de TDAH, ou si les enseignants vous avisent que votre enfant a des difficultés scolaires, des problèmes de comportement ou de la difficulté à prêter attention.

Pronostic

Le TDAH peut causer des problèmes émotionnels, sociaux et éducatifs importants. Cependant, quand le TDAH est diagnostiqué tôt et traité correctement, la condition peut être gérée efficacement, afin que les enfants puissent grandir pour avoir une vie productive, réussie et épanouissante. Bien que certains enfants semblent sortir de leur TDAH à l’adolescence, d’autres ont des symptômes à vie.